Le très décrié fichier TES est entré en vigueur dans toute la France, le 30 mars 2017. Le fichier TES sert à établir les passeports ou les cartes d’identité. Il regroupera toutes les informations personnelles. Est-ce un danger pour les libertés publiques ?

TES : c’est quoi ?

TES signifie Titre Electronique Sécurisé, c’est le nom du fichier géant dans lequel aujourd’hui sont rassemblés les informations très personnelles de 60 millions de français. Il a pour but d’éviter la fraude mais, il est aussi critiqué car certains le jugent attentatoire à la vie privée.

Comment fonctionne le fichier TES ?

Jusqu’à présent, lorsque l’on renouvelait sa carte d’identité en mairie. La mairie transmettait les documents papier en préfecture. Aujourd’hui la procédure biométrique veut que les agents de mairie numérisent tous les documents y compris les empreintes, et puis tout est transmis directement en préfecture. A la préfecture, les dossiers sont reçus en temps réel par des agents chargées de les valider. Le gain de temps est considérable.  Avant la mise en place du fichier TES, le délai pour délivrer un titre pouvait aller jusqu’à 6 semaines, aujourd’hui le titre pourra être délivré en moins de 10 jours. Autre avantage, la lutte contre la faute documentaire est améliorée. Dorénavant, le logiciel compare les informations numérisées d’une demande à l’autre et détecte les anomalies. Exemple : lorsque l’on demande une nouvelle carte d’identité de nombreuses informations sont relevées comme notre date et lieu de naissance, couleur des yeux, photos et empreintes digitales. A terme vos données personnelles et celle de 66 millions de français vont être stockées dans un seul et même méga fichier. Deux questions se posent alors :
  • Qui peut avoir accès à ce document sensible ?
  • Et comment le protéger des pirates informatiques ?
Face à ces interrogations, les modalités d’obtention de la carte d’identité pourraient être modifiées.